Forum Du Toubib Algérien Index du Forum



Espace algérien pour étudiants en médecine: toubibs-Algérie, pour échange d'expériences, d'idées, de documents dans le domaine médical, et surtout pour discuter des cas cliniques, des clichés radiographiques, des ECG de manière interactive.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Discussion d'idées et propositions pour le forum
Voir les messages sans réponses
Voir mes messages
les infections des parties molles

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Du Toubib Algérien Index du Forum -> La médecine de façon interactive -> Radiodiagnostic -> Cas cliniques/interprétation radiologique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
algérienne
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2010
Messages: 123
-Année d'étude: 3 ème etudes médicales
-Module préféré: cardiologie
Féminin
-Point(s): 364
-Moyenne de points: 2,96

MessagePosté le: Dim 22 Aoû - 00:20 (2010)    Sujet du message: les infections des parties molles Répondre en citant

Les bactéries anaérobies sont incapables de pousser en atmosphère contenant plus de 20 % d'oxygène.
En fonction de leur degré de tolérance, on distingue les germes «EOS» (extrêmement sensible à l'oxygène), les anaérobies stricts et les anaérobies facultatifs.
Parmi les germes anaérobies, on différencie :
• les germes sporulés : du genre Clostridium (perfringens, septicum, novyi, bifermentens), bacilles à Gram-positif retrouvés dans le sol ou le tube digestif de l'homme ou des animaux, dont la pathogénicité est liée à la production d'exotoxines : exemple de la toxine a de C. perfringens, létale, nécrosante, et hémolytique.
Les Clostridium sont des bactéries gazogènes et non pyogènes ;
• les germes anaérobies non sporulés, moins virulents, ne possédant pas de toxine, mais dont le pouvoir pathogène est lié à la production d'enzymes – protéinases, hyaluronidase (entraînant un clivage des structures de soutien), fibrinolysine, coagulase – et de facteurs anti-phagocytaires.
On retrouve dans ce groupe des cocci à Gram-positif (Peptostreptococcus, Peptococcus) ou négatif (Veillonella) et des bacilles à Gram-positif (Propionibacterium acnes, Actinomyces) ou négatif (Bacteroides, Prevotella, Fusobacterium).
Il est important de souligner que les infections des parties molles à germes anaérobies sont, en dehors de la myonécrose le plus souvent monomicrobiennes, clostridiales, de véritables infections mixtes, polymicrobiennes.
Ainsi, il est également fréquent de mettre en évidence, à côté de plusieurs anaérobies, la présence de germes aérobies à Gram-positif (staphylocoques, streptocoques) ou à Gramnégatif (entérobactéries, Haemophilus, Pseudomonas), ceux-ci favorisant eux-mêmes, en diminuant le potentiel d'oxydo-réduction locale, la multiplication des germes anaérobies.
Il existe donc une véritable synergie bactérienne, dont un autre exemple est représenté par les Bacteroides qui ont la capacité d'inhiber le pouvoir phagocytaire des polynucléaires vis-à-vis des germes aérobies, favorisant à leur tour leur croissance.
  Facteurs favorisants :
Tout ce qui entraîne une hypoxie ou une ischémie tissulaire est susceptible de favoriser ce type d'infections (angiopathie diabétique, athérome, lésions oedémateuses, présence d'un corps étranger, intervention chirurgicale, froid, prolifération néoplasique) ainsi que le développement d'une infection à germes aérobies.
De même, un terrain prédisposant est le plus souvent retrouvé : dénutrition, éthylisme chronique, granulopénie, traitement immunosuppresseur.
La contamination est externe, par inoculation directe d'une plaie souillée, ou interne, par effraction des muqueuses, mettant alors en continuité une cavité septique avec des tissus normalement stériles.

  Diagnostic :
Il est avant tout clinique et la réalisation d’examens complémentaires ne doit pas retarder la prise en charge thérapeutique.
Dès le diagnostic suspecté, on effectuera :
– Un bilan biologique à la recherche d’un syndrome infectieux et de signes de gravité : numération formule sanguine, fonction rénale, ionogramme sanguin, bilan hépatique, enzymes musculaires, lactates, bilan d’hémostase, gaz du sang, protides, calcémie.
– Un bilan radiologique : radiographie de thorax, radiographie des zones touchées (ces dernières peuvent parfois mettre en évidence des bulles ou des traînées gazeuses au sein des parties molles).
Un examen scanographique est utile dans certaines localisations (cellulites cervicofaciales).
L’imagerie par résonance magnétique peut être utile en cas de doute diagnostique.
Elle retrouve dans les cellulites nécrosantes un hypersignal au niveau des fascias atteints sur les séquences acquises en T2 alors que ceux-ci paraissent sains en cas d’érysipèle par exemple.
– Un bilan bactériologique qui sera poursuivi en peropératoire : hémocultures, et surtout prélèvements de toute sérosité.
Ces derniers seront effectués de façon stricte, à la seringue avec ensemencement rapide sur milieu anaérobie et acheminement dans les plus brefs délais au laboratoire de bactériologie.


<== Le message est utile médicalement? oui? dite Merci en cliquant sur 'Plus'
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 22 Aoû - 00:20 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
<== Le message est utile médicalement? oui? dite Merci en cliquant sur 'Plus'
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Du Toubib Algérien Index du Forum -> La médecine de façon interactive -> Radiodiagnostic -> Cas cliniques/interprétation radiologique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com